roro

Roro Beau

le roi des voleurs aura marqué de son empreinte nombre de toiles de loic lekervelec

Sensiblerie

La météo annonçait une forte tempête accompagnée de déluges ce samedi premier Décembre 2007.

Loïc lekervelec de son atelier pouvait observer Roro qui jouait  au soleil, pas une branche déjà nue des arbres ne bougeait.

Aussitôt après le flash de 13h30, y a eu ce coup de frein dans la rue.

Loïc a eu du mal a reconnaître le chat allongé sur la chaussée, jamais Roro n’aurait choisit une pose si peu élégante et peu confortable !les yeux du matou semblèrent  se calmer quand loic souleva l’animal.

Il faut dire, que  quelques années auparavant, loic avait aidé l’accouchement difficile du Roro, c’est lui qui avait déchirée la poche du placenta anormalement épaisse. Une complicité  tacite c’était  très vite installée entre les deux bestioles : Roro avait une confiance entière en loic, qui admirait la fierté et l’indépendance du félin.

Les toiles de loic était invariablement supervisées par Roro, qui, d’un coup de patte rapide et précis, ramenait le pinceaux au centre de l’action.une fois le travail fini,Roro certifiait  l’authenticité de l’œuvre du tampon étoilé de ses coussins.

Le vieux peintre, peu apte au gazouillis habituellement usité par les amis des bêtes n’utilisait que deux expressions pour communiquer avec le chat

Il gueullait « Roro con ! » quand l’animal faisait une connerie, et « Roro beau ! » pour le féliciter

Mais ce premier Décembre, il lui parlait vraiment, des vraies phrases.

L’animal c’est raidi en émettant un bruit qui n’était ni un cri, ni un hoquet, ni rien d’autre et puis ces yeux se sont éteins. D’un coup.

Loïc est resté là pas mal de temps à parler à son chat vide.

Deux puce sont montées à la surface du poil, le corps de Roro, où le sang ne circulait plus leur était devenu inutile

Sous la peau de Roro, loic sentit encore le transit de gaz intestinaux qui lui firent croire que c’était juste une pause : Roro allait repeindre et refaire des conneries…

Roro était né dans ses mains et mort dans ses bras, Loïc allait devoir finir le boulot tout seul !




Je dédis humblement cette fable, à toutes celles  qui vont devoir finir le boulot  seules.